Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 16:55

Lorsqu’il était Président de la République, le général de Gaulle payait lui-même ses factures d'électricité de ses appartements à l'Élysée, ses frais de téléphone personnel, et même les timbres de ses courriers. Il ira jusqu'à refuser la retraite de Chef d'État et se contentera de sa retraite de général de brigade pour assurer ses vieux jours.

Et Monsieur Hollande, va-t-il accepter la retraite de Chef de l'Etat ?

La réponse officielle  est plus bas !

Le Général De Gaulle

Le Général De Gaulle

Présidence de la République

Décret no 2016-1302 du 4 octobre 2016 relatif au soutien matériel et en personnel apporté aux anciens Présidents de la République NOR : PREX1628055D

Le Président de la République,

Sur le rapport du Premier ministre,

Vu la Constitution, notamment son article 37,

Décrète :

Art. 1er. – Pendant les cinq années qui suivent la cessation de leurs fonctions, il est mis à disposition des anciens présidents de la République sept collaborateurs permanents, dont un directeur de cabinet du niveau de la catégorie A supérieure et trois collaborateurs du niveau de la catégorie A, ainsi que deux agents de service, appartenant à la fonction publique ou rémunérés par l’Etat sur contrat.

Art. 2. – Au-delà des cinq années qui suivent la cessation de leurs fonctions, il est mis à disposition des anciens Présidents de la République trois collaborateurs permanents, dont un directeur de cabinet du niveau de la catégorie A supérieure et un collaborateur du niveau de la catégorie A, ainsi qu’un agent de service, appartenant à la fonction publique ou rémunérés par l’Etat sur contrat.

Art. 3. – Il est mis à disposition des anciens Présidents de la République, en adéquation avec les personnels mis à leur disposition, des locaux meublés et équipés, dont le loyer, les charges et les frais généraux sont pris en charge par l’Etat.

Art. 4. – Les anciens Présidents de la République bénéficient, pour leurs activités liées à leurs fonctions d’anciens chefs de l’Etat, de la prise en charge des frais de réception ainsi que des frais de déplacement, pour eux- mêmes et un collaborateur.

Art. 5. – La gestion du dispositif de soutien matériel et en personnel apportés aux anciens Présidents de la République est assurée par les services du Premier ministre, à l’exception de leurs véhicules et de leurs conducteurs qui sont mis en place par le ministère de l’intérieur dans le cadre de la protection dont ils bénéficient.

Art. 6. – Pour les anciens Présidents de la République investis avant le 15 mai 2012, le délai de cinq années mentionné à l’article 1er court à compter de la date d’entrée en vigueur du présent décret.

Art. 7. – Le Premier ministre, le ministre de l’économie et des finances et le ministre de l’intérieur sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 4 octobre 2016.

                                                                                             FRANÇOIS HOLLANDE

Par le Président de la République :

 

Le Premier ministre,

   MANUEL VALLS

                                                                                   Le ministre de l’économie et des finances,

                                                                                                          MICHEL SAPIN

Le ministre de l’intérieur,

BERNARD CAZENEUVE

5

Repost 0
Published by Passions de Guy - dans Divers
commenter cet article
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 18:18
Roc Lancrenaz

Roc Lancrenaz

Date : ​10 mars 2017

​Météo : beau temps

Accès routier : Annecy -Talloires – route du col de la Forclaz – Verel – Prendre à gauche direction La Sauffaz (parking)

​Itinéraire : La Sauffaz (850 m) - col des Nantets (1426 m) – sous le Roc Lancrenaz (1650 m)

​Dénivelée : 800 m

Enneigement : raquettes à partir de 1200 m. La montée vers le roc Lancrenaz se fait depuis le col des Nantets sur un versant exposé sud peu enneigé.

Durée : 4 heures 30

Carte IGN 3431 OT Lac d'Annecy - Itinéraire de la randonnée

Carte IGN 3431 OT Lac d'Annecy - Itinéraire de la randonnée

Laarge sentier jusqu'au col des Nantets - Il est marqué par des flèches vert fluo et rouge. Parfois, les panneaux indicateurs sont...dans les arbres (A gauche sur cette photo)

Laarge sentier jusqu'au col des Nantets - Il est marqué par des flèches vert fluo et rouge. Parfois, les panneaux indicateurs sont...dans les arbres (A gauche sur cette photo)

Le col des Nantets est en vue. Montée facile (trace faite)

Le col des Nantets est en vue. Montée facile (trace faite)

A partir du col des nantets, direction les chalets des nantets puis ceux de la Froulaz. Ensuite, plus de trace !

A partir du col des nantets, direction les chalets des nantets puis ceux de la Froulaz. Ensuite, plus de trace !

A l'approche du  roc Lancrenaz

A l'approche du roc Lancrenaz

Le massif des Bauges

Le massif des Bauges

La Tournette

La Tournette

Le lac d'Annecy

Le lac d'Annecy

Depuis le roc Lancrenaz, vue du col des nantets (itinéraire retour)

Depuis le roc Lancrenaz, vue du col des nantets (itinéraire retour)

Repost 0
Published by Passions de Guy - dans En raquettes !
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 15:15

Date : 27 février 2017

Météo : beau temps, température douce, vent fort

Départ : Veyrier du lac (74) - Parking couvert  sous l'école (en face de l'église)

Itinéraire : route du Mont Baret - Les Mottes - route de Morat - intersection avec la route de la corniche - Prendre à  gauche le  chemin de la Merle (550 m) - Suivre le sentier direction sud puis est, et nord enfin  - Mont Baret - Col des Contrebandiers - chemin du Péril - parking

Carte : 3431 OT Lac d'Annecy - 1:25.000

Dénivelée : 750 m

Durée : 3 heures 30

Remarques : Il n'y a pas de panneaux indicateurs entre le départ et le col des Contrebandiers. En forêt, suivre les marques bleues sur les arbres. Voir les  photos pour trouver le sentier de départ. Dans ce sens, la pente est prononcée, notamment avant l'accès au 1er mont.

 

Le Mont Baret

Le Mont Baret

Carte IGN : l'itinéraire suivi

Carte IGN : l'itinéraire suivi

Arrivé route de la Corniche, prendre à gauche le chemin de la Merle (panneau Morat Alt 550m) Arrivé route de la Corniche, prendre à gauche le chemin de la Merle (panneau Morat Alt 550m)

Arrivé route de la Corniche, prendre à gauche le chemin de la Merle (panneau Morat Alt 550m)

Peu après le début de la longue butte prendre le chemin à gauche et se diriger vers le relai d'antennes
Peu après le début de la longue butte prendre le chemin à gauche et se diriger vers le relai d'antennes

Peu après le début de la longue butte prendre le chemin à gauche et se diriger vers le relai d'antennes

Suivre les marques bleues sur les arbres - Le départ du sentier direction  sud à hauteur du relais
Suivre les marques bleues sur les arbres - Le départ du sentier direction  sud à hauteur du relais

Suivre les marques bleues sur les arbres - Le départ du sentier direction sud à hauteur du relais

Prendre à gauche (à droite, le sentier mène au col de Bluffy) et encore à gauche
Prendre à gauche (à droite, le sentier mène au col de Bluffy) et encore à gauche

Prendre à gauche (à droite, le sentier mène au col de Bluffy) et encore à gauche

Le lac d'Annecy vu du Mont Baret

Le lac d'Annecy vu du Mont Baret

Le Mont Baret comporte plusieurs mamelons : le suivant et vue arrière sur le précédent et le massif des Bauges en arrière-plan
Le Mont Baret comporte plusieurs mamelons : le suivant et vue arrière sur le précédent et le massif des Bauges en arrière-plan

Le Mont Baret comporte plusieurs mamelons : le suivant et vue arrière sur le précédent et le massif des Bauges en arrière-plan

Les dents de lanfon et la Tournette

Les dents de lanfon et la Tournette

La chaine des Aravis (A gauche la Pointe Percée) et à droite  le Mont-Blanc

La chaine des Aravis (A gauche la Pointe Percée) et à droite le Mont-Blanc

Repost 0
Published by Passions de Guy - dans Montagne
commenter cet article
10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 14:07

Le pâté d'anguille en entrée

  • Quelle entrée avez-vous préparée ?

  • Mon Dieu, dit Nicolas (c'est le cuisinier de Colin) pour une fois, je n'ai rien innové. Je me suis borné à plagier Gouffé (Jules Gouffé 1807 – 1877 était un célèbre cuisinier)

  • Faites une croûte de pâté chaud comme pour entrée. Préparez une grosse anguille que vous couperez en tronçons de 3 centimètres. Mettez les tronçons d'anguille dans une casserole, avec vin blanc, sel et poivre, oignons en lames, persil en branches, thym et laurier et une petite pointe d'ail.

     

  • Faites cuire. Retirez l'anguille de la casserole et remettez la dans un plat à sauter. Passez la cuisson au tamis de soie, ajoutez de l'espagnole et faites réduire jusqu'à ce que la sauce masque la cuillère. Passez à l'étamine, couvrez l'anguille de sauce et faites bouillir pendant deux minutes. Dressez l'anguille dans le pâté. Formez un cordon de champignons tournés sur le bord de la croûte, mettez un bouquet de laitances de carpes au milieu. Saucez avec la partie de la sauce que vous avez réservée.

Andouillon des îles au porto musqué

Ainsi, que faites-vous ce soir ? (Colin s'adresse à Nicolas)

  • Je resterai, une fois de plus, dans la tradition de Gouffé en élaborant cette fois un andouillon des îles au porto musqué.

  • Et ceci s'exécute ? dit Colin

  • De la façon suivante : prenez un andouillon que vous écorcherez malgré ses cris. Gardez soigneusement la peau. Lardez l'andouillon de pattes de homards émincées et revenues à toute bride dans du beurre assez chaud. Faites tomber sur glace dans une cocotte légère. Poussez le feu et sur l'espace ainsi gagné, disposez avec goût des rondelles de ris mitonné. Lorsque l'andouillon émet un son grave, retirez prestement du feu et nappez de porto de qualité. Touillez avec une spatule de platine. Graissez un moule et rangez-le pour qu'il ne rouille pas. Au moment de servir, faites un coulis avec un sachet de lithinés (*) et un quart de lait frais. Garnissez avec les ris, servez et allez-vous-en.

 

(*) lithinés : qui contient de l'oxyde de lithium (corps simple, métal alcalin d'un blanc argenté, le plus léger de tous les solides)

 

Un remontant

 

Nicolas a passé la nuit chez Isis

    • Ses parents n'étaient pas là ? Demanda Chloé

    • Non, il y avait juste ses deux cousines et elles ont absolument voulu que je reste.

    • Elles avaient quel âge ? demanda Colin insidieusement

    • je ne sais pas dit Nicolas, mais, au toucher, je donnerais seize ans à l'une et dix-huit à l'autre.*Tu as passé la nuit là-bas ? Demanda Colin

    • Euh... dit Nicolas, elles étaient toutes les trois un peu éméchées, alors j'ai dû les mettre au lit. Le lit d'Isis est très grand...

 

Nicolas a bien mauvaise mine et tousse d'une façon peu naturelle. Chloé lui propose des abricots fourrés aux dattes et aux pruneaux dans un sirop onctueux et caramélisé.

Mais Nicolas préfère quelque chose de plus remontant.

Il se confectionne un horrible breuvage sous les yeux de Colin et de Chloé.

Il y avait du vin blanc, une cuillerée de vinaigre, cinq jaunes d’œufs, deux huîtres, et cent grammes de viande hachée avec de la crème fraîche et une pincée d'hyposulfite (*) de soude.

Le tout descendit dans son gosier en faisant le bruit d'un cyclomoteur en pleine vitesse.

 

(*) hyposulfite : sel de l'acide hyposulfureux (acide instable)

 

Créateur d'une langue originale et foisonnante, Boris Vian nous offre avec L'écume des jours un roman dont l'originalité tient à la fois à sa dimension poétique, à ses jeux de langage, à son imagination débordante et à sa dimension libertaire.

Repost 0
Published by Passions de Guy - dans Plaisir de lire
commenter cet article
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 13:58

Date: 1er février 2017

Météo: beau temps

Carte : 3431 OT Lac d'Annecy – 1:25 000

Enneigement : à partir de 1000 m (sentier puit de la mine)

Accès routier: Annecy - Duingt - Bout du lac - Lathuile - Parking: face à l'église (500m)

Départ et itinéraire : suivre la route de Saury et prendre le sentier à hauteur du gite de Pontgibaud (voir photo) - Les devins (570) - puits de la mine (1000) – hors sentier - la Perrière (1143) - col de la Frasse (1379)

Dénivelée: 879m

Durée totale : 4 heures 30

Équipement: raquettes.

Remarques : Le circuit indiqué sur la carte IGN passe par le hameau des Bochettes. L'itinéraire que j'ai suivi, plus court, emprunte l'ancien chemin rural de la mine (Panneau « Puits de la mine - altitude 1 000m) et rejoint le GR 96 à hauteur du point coté 1092 (voir carte)

 

La deuxième partie de la randonnée jusqu'au col de la Frasse

La deuxième partie de la randonnée jusqu'au col de la Frasse

peu après l'église de Lathuile, le départ. A gauche, le gite de Pontgibaud

peu après l'église de Lathuile, le départ. A gauche, le gite de Pontgibaud

Belle vue en montant sur le lac et la Tournette

Belle vue en montant sur le lac et la Tournette

Passage hors sentier (carte et vue arrière)Passage hors sentier (carte et vue arrière)

Passage hors sentier (carte et vue arrière)

Vue arrière : granges neuves

Vue arrière : granges neuves

A l'approche du col de la Frasse (1 379m)

A l'approche du col de la Frasse (1 379m)

Depuis le col, vue en direction du sud sur "Lanche close et la pointe de Banc plat"

Depuis le col, vue en direction du sud sur "Lanche close et la pointe de Banc plat"

Depuis le col, vue arrière  sur la Tournette, les dents de Lanfon et le lac d'Annecy

Depuis le col, vue arrière sur la Tournette, les dents de Lanfon et le lac d'Annecy

Repost 0
Published by Passions de Guy - dans En raquettes !
commenter cet article
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 13:15

Date : 24 janvier 2017

Météo : nuageux et froid (- 3° à Lathuile)

Accès routier: Annecy - Duingt - Bout du lac - Lathuile - Parking: face à l'église (500m)

Départ et itinéraire : suivre la route de Saury et prendre le sentier à hauteur du gite de Pontgibaud (voir photo) - Les devins (570) - puit de la mine (1000) - Prendre à gauche avant les Bochettes  au point coté 1037 (voir carte)  pour atteindre les chalets de Thoron (1150) - Pleyu - Les Bochettes (1050) - carrefour de la Morce (1075) - retour

Dénivelée : 650 m

Enneigement : faible au départ - Raquettes mises au puit de la mine (1000 m)

Durée : 3 h 30

Difficultés : néant

 

Début du sentier à hauteur du gite de Pontgibaud

Début du sentier à hauteur du gite de Pontgibaud

Le lac d'Annecy est dans la brume

Le lac d'Annecy est dans la brume

Arbres givrés

Arbres givrés

Près du puit de la mine (1000 m) grand froid !        Brrrrrrrrrrrrr

Près du puit de la mine (1000 m) grand froid ! Brrrrrrrrrrrrr

Prendre ici (point coté 1037 sur la carte) à gauche pour aller vers les chalets de Thoron

Prendre ici (point coté 1037 sur la carte) à gauche pour aller vers les chalets de Thoron

Après le 1er chalet, aller tout droit (court passage en dévers)

Après le 1er chalet, aller tout droit (court passage en dévers)

Prendre ensuite à droite en direction du pylone EDF (passage hors sentier)

Prendre ensuite à droite en direction du pylone EDF (passage hors sentier)

Chalet de Thoron

Chalet de Thoron

Pleyu

Pleyu

Chalet les Bochettes (situé avant le hameau portant le même nom) Chalet les Bochettes (situé avant le hameau portant le même nom)

Chalet les Bochettes (situé avant le hameau portant le même nom)

Repost 0
Published by Passions de Guy - dans En raquettes !
commenter cet article
22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 16:43

Date : 21 janvier 2017

Météo : temps beau et froid – pas de vent

Enneigement : faible, ne nécessitant pas l'emploi  de raquettes.

Itinéraire : D 41 (dernier lacet avant les Lirons) -  sentier orienté Nord puis N/NE en direction de la petite montagne – Pré Pénaz (1090) – chalet de l'Iselet (1120) – le goulet de l'Iselet – Carrefour D 41 (point coté 196) – route forestière – à hauteur de la D 41, sentier menant à la route de St Blaise,  au sud de l'hôtel Les Avenières – Les Lirons

Carte : IGN 3430 OT 1:25000

Durée : 2h 30

Difficultés : aucune

Carte IGN - En rouge, le parcours de cette randonnée.

Départ : le bassin annécien est dans la brume.

Départ : le bassin annécien est dans la brume.

Le départ.

Le départ.

En arrière-plan, la Tournette et les dents de Lanfon

En arrière-plan, la Tournette et les dents de Lanfon

Pré Pénaz (1090 m)

Pré Pénaz (1090 m)

Bel arbre près du chalet l'Iselet (1120 m)

Bel arbre près du chalet l'Iselet (1120 m)

Le goulet de l'Iselet - Prendre à droite pour remonter vers la D 41

Le goulet de l'Iselet - Prendre à droite pour remonter vers la D 41

Intersection D 41 - Route forestière que l'on suit

Intersection D 41 - Route forestière que l'on suit

Hôtel  Les Avenières

Hôtel Les Avenières

Retour aux Lirons - En arrière-plan  le Mont Blanc

Retour aux Lirons - En arrière-plan le Mont Blanc

Repost 0
Published by Passions de Guy - dans En raquettes !
commenter cet article
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 16:00

Prendre la mouche

 

Le XVIIIème siècle invente « les mouches ». Il s'agit de petites rondelles de velours noir que les femmes appliquent sur leur décolleté ou leur visage pour être plus belles.

Mais l'emplacement de la mouche a son importance car elle est un message très clair envoyé aux soupirants :

  • au coin de l’œil : « ne m'approchez pas »

  • sur la joue gauche : « je suis ouverte aux propositions »

  • sur la joue droite : « je suis mariée »

  • sur la lèvre supérieure : « je suis gourmande »

  • sur le nez : « je suis effrontée »

  • sur la poitrine : « je suis généreuse »

 

 

 

 

Quelques citations & proverbes

 

« Les lois sont des toiles d'araignées à travers lesquelles passent les grosses mouches et où restent les petites »

Honoré de Balzac

 

« Des mouches aux mains d'enfants espiègles, voici ce que nous sommes pour les dieux ; ils nous tuent pour s'amuser »

William Shakespeare

 

« L'aigle a beau avoir des serres, il ne pourrait capturer une mouche »

Proverbe chinois

 

Un classique : le coche et la mouche

 

Un ministre, dont j'étais le conseiller, me donnait tous les jours ses directives pour élaborer le plan national de développement de la sécurité publique de son pays.

Il avait tellement d' idées que j'avais parfois du mal à le suivre sur ce chemin intellectuel « montant, sablonneux, malaisé...» où les mots se télescopaient, changeaient au gré des humeurs du moment, partaient puis revenaient

Il me faisait penser à la fable de La Fontaine, le coche et la mouche. Je l'ai donc surnommé « la Mouche »

 

 

Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé

Et de tous les côtés au soleil exposés

six forts chevaux tiraient un coche.

Femme, moine, vieillard, tout était descendu.

L'attelage suait, soufflait, était rendu.

Une mouche survient, et des chevaux s'approche,

Prétend les animer par son bourdonnement,

Pique l'un, pique l'autre, et pense à tout moment

Qu'elle fait aller la machine,

S'assied sur le timon, sur le nez du cocher.

Aussitôt que le char chemine,

Et qu'elle voit les gens marcher,

Elle s'en attribue uniquement la gloire,

Va, vient, fait l'empressée : il semble que ce soit

Un sergent de bataille allant en chaque endroit

Faire avancer ses gens et hâter la victoire.

La mouche, en ce commun besoin,

Se plaint qu'elle agit seule, et qu'elle a tout le soin ;

Qu'aucun n'aide aux chevaux à se tirer d'affaire.

Le moine disait son bréviaire :

Il prenait bien son temps ! Une femme chantait :

C'était bien de chansons qu'alors il s'agissait !

Dame mouche s'en va chanter à leurs oreilles,

Et fait cent sottises pareilles.

Après bien du travail, le coche arrive au haut :

« Respirons maintenant, dit la mouche aussitôt :

J'ai tant fait que nos gens sont enfin dans la plaine.

Çà messieurs les Chevaux, payez moi de ma peine. »

 

Ainsi certaines gens, faisant les empressés,

S'introduisent dans les affaires :

Ils font partout les nécessaires,

Et partout importuns, devraient être chassés

 

Jean de La Fontaine

Repost 0
Published by Passions de Guy - dans Mots choisis
commenter cet article
23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 15:19

Me promenant par une belle journée ensoleillée, je flâne sans but précis dans un parc ombragé.
 

Soudain, mon ombre m'interpelle : tu viens de me marcher dessus; tu pourrais faire attention !

Moi : désolé, je ne l'ai pas fait exprès. La fatigue sans doute. Je vais me reposer à l'ombre d'un platane.

 

M.O. : je n'aime pas l'ombre du platane : elle affecte mes sens et trouble ma vue par manque de lumière ; cela donne de l'ombrage à mon humeur. Trouves un banc au soleil !

 

 

Suivant les conseils de mon ombre, je m'assieds sur un banc public à côté d'une dame âgée. Nous faisons connaissance. Comme d'habitude, ma gestuelle accompagne mes mots et voici que l'ombre de mon bras se glisse par inadvertance dans son sac entrouvert.

 

Elle s'en aperçoit. Au voleur crie-t-elle !

 

Un policier municipal surgit et dit : j'ai tout vu, il n'y a pas l'ombre d'un doute, flagrant délit de vol. Je vais vous mettre à l'ombre pour de bon en attendant le procès.

 

Le jour du procès arrive. Les rayons du soleil illuminent la salle d'audience. Les magistrats trônent, solennels sur l'estrade, ils ressemblent à des ombres chinoises !

Le procureur debout et imposant de sévérité requiert la peine capitale.

 

 

M.O. : je préférerais des ombres fugaces plutôt que ces chinoises

 

Le procureur : il n'y a pas l'ombre d'un doute, la culpabilité est avérée et je demande la peine de mort

 

Qu'elle drôle d'idée que de vouloir décapiter une ombre au petit matin quand le soleil est encore couché.

 

L'heure de l'exécution arrive : une ombre épaisse règne dans la cour de la maison d'arrêt et mon ombre passe de vie à trépas.

 

Victime d'une erreur judiciaire, la voici en route vers le paradis où elle estime avoir sa place

 

St Pierre l'accueille et lui dit : ici seule la lumière règne et il n'y a pas d'ombres, donc pas de place pour toi.

 

 

Alors, elle va au purgatoire où l'accès lui est refusé : ici, il n'y a qu'un feu purificateur, sans ombres

 

La voici en enfer où de grandes flammes lèchent les ombres des humains damnés. Il fait chaud, très chaud et soudain mon ombre pleure d'être là, de tant d'injustice ; elle pleure tant et tant que les flammes inondées  meurent à leur tour ... et les ombres aussi !

 

Mon ombre vient de mourir une deuxième fois. Je suis triste et pleure à mon tour car me voici orphelin.

 

Je me réveille : ce n'était qu'un rêve habité par un ombre mystérieuse !

Guy

Quelques citations :

* « Il est des gens qui n'embrassent que des ombres. - ceux là n'ont que l'ombre du bonheur »  (W Shakespeare)

 

* « Le mariage est deux ombres enchaînées ensemble par l'ombre d'une chaîne »    (W Faulkner)

 

* « Une ombre est une ombre quand même » (P Eluard)

 

* « La pâleur : l'ombre de l'ombre » (J Renard)

 

* « Nous nous promenons entre des ombres, ombre nous-mêmes pour les autres et pour nous »  (Diderot)

 

 

Repost 0
Published by Passions de Guy - dans Prose
commenter cet article
9 décembre 2016 5 09 /12 /décembre /2016 18:43

Château de Solles, lundi 30 juillet 1883.


Ma chère Lucie,

...

Comme nous ne sommes que deux femmes, mon mari remplit les rôles de soubrette, et pour cela il s’est rasé. Tu ne te figures pas, ma chère Lucie, comme ça le change ! Je ne le reconnais plus... ni le jour ni la nuit. S’il ne laissait pas repousser immédiatement sa moustache je crois que je lui deviendrais infidèle, tant il me déplaît ainsi.

Vraiment, un homme sans moustache n'est plus un homme. Je n'aime pas beaucoup la barbe ; elle donne presque toujours l'air négligé, mais la moustache, oh ! La moustache est indispensable à une physionomie virile. Non, jamais tu ne pourrais imaginer comme cette petite brosse de poils sur la lèvre est utile à l’œil et … aux... relations entre époux.

...

Oh ! ma chère Lucie, ne te laisse jamais embrasser par un homme sans moustaches ; ses baisers n’ont aucun goût, aucun, aucun ! Cela n’a plus ce charme, ce moelleux et ce... poivre, oui, ce poivre du vrai baiser. La moustache en est le piment. Figure-toi qu’on t’applique sur la lèvre un parchemin sec... ou humide. Voilà la caresse de l’homme rasé. Elle n’en vaut plus la peine assurément.

 

 

 

 

 

D’où vient donc la séduction de la moustache, me diras-tu ? Le sais-je ? D’abord elle chatouille d’une façon délicieuse. On la sent avant la bouche et elle vous fait passer dans tout le corps, jusqu’au bout des pieds un frisson charmant. C’est elle qui caresse, qui fait frémir et tressaillir la peau, qui donne aux nerfs cette vibration exquise qui fait pousser ce petit « ah ! » comme si on avait grand froid.

 

 

 

Et sur le cou ! Oui, as-tu jamais senti une moustache sur ton cou ? Cela vous grise et vous crispe, vous descend dans le dos, vous court au bout des doigts. On se tord, on secoue ses épaules, on renverse la tête ; on voudrait fuir et rester ; c’est adorable et irritant !  Mais que c’est bon !


Et puis encore... vraiment, je n’ose plus ? Un mari qui vous aime, mais là, tout à fait, sait trouver un tas de petits coins où cacher des baisers, des petits coins dont on ne s’aviserait guère toute seule. Eh bien, sans moustaches, ces baisers-là perdent aussi beaucoup de leur goût, sans compter qu’ils deviennent presque inconvenants ! Explique cela comme tu pourras. Quant à moi, voici la raison que j’en ai trouvée. Une lèvre sans moustaches est nue comme un corps sans vêtements ; et, il faut toujours des vêtements, très peu si tu veux, mais il en faut !

 

Le créateur (je n’ose point écrire un autre mot en parlant de ces choses), le créateur a eu soin de voiler ainsi tous les abris de notre chair où devait se cacher l’amour. Une bouche rasée me paraît ressembler à un bois abattu autour de quelque fontaine où l’on allait boire et dormir.

...

Il n’y a point d’amour sans moustaches !

À un tout autre point de vue, la moustache est essentielle. Elle détermine la physionomie. Elle vous donne l’air doux, tendre, violent, croquemitaine, bambocheur, entreprenant ! L’homme barbu, vraiment barbu, celui qui porte tout son poil (oh ! le vilain mot) sur les joues n’a jamais de finesse dans le visage, les traits étant cachés. Et la forme de la mâchoire et du menton dit bien des choses, à qui sait voir.

L’homme à moustaches garde son allure propre et sa finesse en même temps.


Et que d’aspects variés elles ont, ces moustaches ! Tantôt elles sont retournées, frisées, coquettes. Celles-là semblent aimer les femmes avant tout !
Tantôt elles sont pointues, aiguës comme des aiguilles, menaçantes. Celles-là préfèrent le vin, les chevaux et les batailles.


Tantôt elles sont énormes, tombantes, effroyables. Ces grosses-là dissimulent généralement un caractère excellent, une bonté qui touche à la faiblesse et une douceur qui confine à la timidité.


Et puis, ce que j’adore d’abord dans la moustache, c’est qu’elle est française, bien française. Elle nous vient de nos pères les Gaulois, et elle est demeurée le signe de notre caractère national enfin.
Elle est hâbleuse, galante et brave. Elle se mouille gentiment au vin et sait rire avec élégance, tandis que les larges mâchoires barbues sont lourdes en tout ce qu’elles font.

Allons, adieu, ma chère Lucie, je t’embrasse de tout mon cœur. Vive la moustache !


Jeanne.

 

 

Publié dans Gil Blas le 31 juillet 1883, cette nouvelle  est une « fantaisie passant volontairement du coq à l'âne, à la façon de ces jeunes femmes que Maupassant adore pour leur physique plus que pour leur esprit »

Repost 0
Published by Passions de Guy - dans Plaisir de lire
commenter cet article

Présentation

  • : Mots et Monts
  • Mots et Monts
  • : De jolis mots et de belles randonnées dans les Alpes savoyardes
  • Contact

Profil

  • Passions de Guy

Localisation des visiteurs


compteur

Pages